Remboursement des consultations par la plupart des mutuelles

Points communs entre les troubles chroniques intestinaux, gastriques, urinaires, musculaires, articulaires et la fatigue.

Qu’est-ce que les affections listées ci-dessous ont en commun?

  • Le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII ou colopathie fonctionnelle) qui est caractérisé par des troubles intestinaux de type diarrhée, constipation, ballonnements, flatulences, douleur ou inconfort abdominal,
  • La dyspepsie qui se manifeste par des troubles gastriques de type reflux et douleur/inconfort au niveau de l’estomac,
  • La fibromyalgie (FM) qui est caractérisée par des douleurs ou un inconfort au niveau des muscles et des articulations,
  • le Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) qui désigne un état de fatigue récurrent et chronique,
  • Les Désordres Temporo-Mandibulaires (DTM)  qui se manifestent par un inconfort ou une douleur au niveau de la mâchoire
  • Le Syndrome de la Douleur Vésicale ou Cystite Interstitielle (SDV/CI) qui est caractérisé par une douleur ou un inconfort au niveau de la vessie avec l’envie fréquente d’uriner

Réponses :

Ces affections:

  • existent réellement même s’il n’existe pas -encore- d’examens médicaux directs pour les mettre en évidence.
  • sont chroniques (avec des périodes plus ou moins longues de répits entre chaque crise)
  • « pourrissent » la vie de ceux qui sont concernés
  • peuvent se chevaucher chez le même individu. Ainsi, il n’est pas rare qu’une personne qui souffre du syndrome de l’intestin irritable présente également une de ces autres affections.
  • ne sont malheureusement pas encore comprises et maîtrisées par le corps médical bien que la recherche avance!
  • sont liées à une sur-excitabilité du système nerveux central de telle sorte qu’un stimulus « normal » entraîne une réponse exagérée des nerfs qui est responsable de l’apparition des symptômes. On peut d’ailleurs regrouper ces affections dans la famille des syndromes de la sensibilité centrale (ou Central Senstitivity Syndrome Family).
  • ne viennent pas de la tête mais dont l’apparition ou l’aggravation des symptômes est souvent influencée par le stress, l’anxiété ou la dépression

Cet article a 8 commentaires

  1. j ai toute les symptome que vous avez ecrit dans cette article merci je pousse mes recherche plus loin .vous aidez les gens encore merci p.s. j ai commencer le sans gluten aujourd hui

    1. Avec plaisir 😉
      Je pense tout de même qu’il serait bon de vous faire un dépistage de la maladie coeliaque (demandez à votre médecin de vous prescrire une analyse anti-transglutaminase IgA) avant d’éliminer le gluten.

  2. Bonjour,
    j’effectue regulierement de nombreuses recherches sur le SII, le SII-PI et les solutions a apporter pour au moins diminuer les symptomes. Cela fait deux ans que suite a une infection gastrique (parasitaire suspectee) je souffre de ce syndrome et etonnament de chacune des affections citees dans votre article, dans une plus ou moins grande mesure.
    Ayant un peu tout essaye, des complements alimentaires aux anti-anxolytiques (prescrits par medecin gastro-enterologue hospitalier a Nice) en passant par des probiotiques et en essayant certains regimes, je ne trouve rien qui aide.
    Je constate que vous recommandez a plusieurs reprises des regimes pauvres en FODMAPs et parfois certains tests (hydrogene, gluten, IgC dans une moindre mesure etc).
    Comment savoir si un regime pauvre en FODMAPs serait efficace ?
    J’ai l’impression que le probleme vient des ballonnements et des gaz bloques dans mes intestins qui generent des douleurs. Ou puis-je trouver plus de rensignements svp ?
    Cordialement,
    Julien

    1. Bonjour,

      Pour voir l’efficacité d’un régime vous pouvez soit faire des tests respiratoires soit vous pouvez les déterminer par une éviction puis une réintroduction d’aliments. Pour ce dernier cas, un diététicien nutritionniste peut vous aider.

      Cdt

      Julie

  3. Bonjour,
    J’ai été diagnostiquée récemment pour le SII et j’ai 3 des 5 affections que vous avez mentionnées.
    Merci de l’information.
    Ce n’est pas simple de se nourrir avec seulement les aliments sans FODMAP !
    À l’épicerie c’est très long de lire toutes les étiquettes pour vérifier les produits que je peux acheter !
    Parlant d’étiquettes. le Canada vient tout juste de décider de les moderniser. Ils veulent, entre autres, réunir sous le terme «sucre», le sirop, le miel, le glucose et le fructose. J’ai écrit un commentaire en mentionnant comment ces changements nous seraient nuisibles étant donné que le fructose est un aliment FODMAP. On ne pourrait plus savoir quelle sorte de sucre serait ajouté aux aliments !

    1. Bonjour,

      Merci pour votre message. Il est vrai que cette réglementation peut fortement compliquer l’alimentation pauvre en FODMAP.

      Cdt

      Julie

  4. Atteint d’un SII PI, j’ai découvert par hasard qu’une diète sans gluten (uniquement) fait disparaître la grande majorité des symptômes. Cela m’a été confirmé par un éminent gastroentérologue et est efficace également sur plusieurs connaissance ayant le même problème. C’est contraignant je l’admet mais je revis depuis que j’ai arrêté le gluten. Merci de faire passer le message à vos « clients ». Il suffit d’arrêter le gluten une semaine au maximum pour être fixé sur l’efficacité du « traitement ».

    1. Bonjour,

      C’est possible qu’éliminer le blé (car quand on élimine le gluten, on élimine surtout le blé) puisse améliorer les symptômes.Mais votre amélioration est-ce du à l’éviction du gluten ou la diminution des FODMAP (contenus également dans le blé)?
      En tout cas, au niveau scientifique la réponse – hors maladie coeliaque – pencherait sur la 2ème solution.
      Le principal est de se sentir mieux et le plus important est de se faire dépister pour la maladie coeliaque avant toute éviction du blé 😉

      Savoureusement digeste.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier